image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie
image_galerie

Oser la photographie

50 ans d'une collection d'avant garde à Arles

4 juillet 2015 - 3 janvier 2016

1965, naissance de la première collection publique de photographies dans un musée des beaux-arts français. C’était à Arles au musée Réattu. Jean-Maurice Rouquette, conservateur, et Lucien Clergue, photographe, osent un projet d’avant-garde dont découlera le festival des Rencontres, l’école nationale de photographie mais aussi la reconnaissance absolue de la photographie en France. L’exposition de l’été 2015 célèbre le chemin parcouru et propose un retour aux sources de l’histoire singulière de cette collection unique portée par l’engagement d’un photographe et composée, dès la première année, de 400 tirages choisis par des photographes et des collectionneurs motivés par l’enjeu d’un projet muséal. Ce parti pris revendiquait la place d’un art photographique qui, comme une évidence, venait s’écrire au musée Réattu dans la continuité de la grande peinture d’histoire, celle de Jacques Réattu.
Depuis, 5000 tirages éclairent l’histoire d’une pratique photographique sans cesse enrichie de nouvelles acquisitions qu’il s’agisse de commandes publiques, de dépôts, de dons. Le développement grandissant de ce département dévore l’identité du musée et appelle au bilan au travers d’une sélection de 250 photographies.
La conclusion du parcours reviendra au photographe Olivier Roller qui explore l’incarnation du pouvoir, sa pérennité, sa décadence, sa transmission au travers de portraits d’hommes et de femmes, du passé et du présent. Aujourd’hui, il propose une nouvelle déclinaison du sujet et s’attache à la photographie de l’épiderme des tapisseries conservées dans des lieux emblématiques de puissance économique, politique ou religieuse. A cet égard l’ensemble de tapisseries conservées au musée Réattu constituera le sujet de l’oeuvre photographique qui sera présentée dans la chapelle de l’ancien grand prieuré de l’Ordre de Malte.